Archives mensuelles : décembre 2014

Fumikomi et fumikiri

Lors des trois dernières semaines de cours de cette saison, nous avons vu un enchaînement de techniques avec une suite logique – men, kote, et kote-men. Au fondement de ces techniques se trouve le déplacement, et ce qui fait la particularité du déplacement au kendo, c’est la frappe du pied: le fumikomi.

Il est facile, par mimétisme des pratiquants gradés et par raccourci d’interprétation, de s’approprier un mauvais fumikomi pouvant amener à des blessures, ou bien dans un cas moins dramatique à un déplacement inefficace. Cet article vise à reprendre depuis le début le sens de ce mouvement propre à certains arts martiaux, pour répondre aux questions des personnes en difficulté sur ce point.

Tout d’abord il faut comprendre que le fumikomi n’est pas seulement une frappe du pied. L’objectif n’est pas de faire le plus de bruit possible: l’action du fumikomi a pour fonction de vous tirer en avant d’un seul bloc au moment de l’impact avec le shinai. Il ramène les hanches et le pied gauche pour enchaîner un déplacement fluide du corps tout entier.

Le fumikomi ne peut se produire sans une action préalable: le fumikiri. Ceci est la propulsion de départ, venant du pied gauche. Les deux fonctionnent de pair, et sont indissociables si l’on veut générer un déplacement fluide et puissant.

La décomposition mécanique est ainsi faite:

  • Le pied gauche pousse le pied droit;
  • Le pied droit tire le pied gauche au moment du contact avec le sol.

A voir: une vidéo montrant de près et au ralentit le fumikomi.

La compréhension mentale de ce processus est importante, et nous vous invitons par la suite à expérimenter par les sens avec votre corps aux entraînements qui suivront! Vous avez ici les clés du déplacement au cœur du kendo. N’hésitez pas à revenir vers nous avec vos questions sur le sujet.

Sportivement,

L’équipe d’enseignement

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized